De la liberté de provoquer

Décolleté

 

Qu’on soit bien d’accord : les femmes ont le droit de s’habiller comme elles le veulent, sans avoir à se sentir en danger face à des hommes avides de sexe au comportement déplacé. Elles n’ont pas à culpabiliser ni à avoir honte d’être vêtue comme elles en ont envie, à se demander si leur tenue n’était pas un peu (trop ?) provocante, à se dire que, peut-être, elles sont responsables des agissements des frotteurs, pervers, vicieux et autres obsédés. Je défends entièrement cette état de fait : ce n’est pas parce qu’une femme est habillée de telle ou telle façon, parce que c’est son droit, parce que c’est son envie, parce qu’elle est / se sent belle, parce qu’elle a envie de plaire, que les hommes sont autorisés à avoir de tels comportements, sous quelque prétexte fallacieux que ce soit .

En revanche, j’avoue avoir beaucoup de mal à comprendre une catégorie de femmes que je vois grandir un peu plus chaque jour sur les réseaux sociaux. L’effet « Balance ton porc » et du « Mee too », sans doute. Mais si ces deux mouvements semblent avoir libéré la parole des femmes (et des hommes), le message que semble revendiquer cette catégorie en est malheureusement éloigné, voire même à l’opposé. Sans vouloir accuser, ni jeter la pierre, j’aimerais juste comprendre pourquoi ces femmes jouent avec le feu.

L’image qui illustre ce billet a été trouvée sur la toile, et servira d’exemple. Sans regarder avec insistance ni jouer les pervers, quoi de plus appréciable, pour un homme comme pour une femme, de découvrir un si beau décolleté dans son quotidien ? Même si elle s’est habillée de la sorte, la femme qui nous en fait « profiter » sait sans doute qu’elle est observée, et se sent belle, désirée. Quoi de plus normal ? Elle peut aussi avoir choisi de dévoiler ce décolleté parce qu’elle voit son amoureux et qu’elle a envie de lui plaire, de le séduire, de l’aguicher, de l’attiser. Là aussi quoi de plus normal ?

Prenons maintenant le cas de la femme qui décide de s’habiller avec un tel décolleté, parce qu’elle a un rendez-vous avec un homme qui la drague, et qu’elle a décidé de le provoquer ouvertement. C’est à dire l’attiser, le chauffer, volontairement, en étant pleinement consciente de ce qu’elle fait. Pour elle, c’est juste un jeu, pour s’amuser, pour son propre plaisir à elle. Parce que l’homme en question n’obtiendra rien de plus. De la provocation, oui, mais dans le sens « malsain » et « négatif » du terme. Pourquoi tant de méchanceté gratuite ? Car non contente de prévoir, de préméditer son acte, cette femme vient le raconter à l’avance et s’en vanter sur les réseaux sociaux, photo à l’appui, allant parfois même jusqu’à demander son avis à ses contacts féminins, comme « c’est trop ou pas assez ? ».

Ce que je comprends dans le message que véhiculent ces femmes, c’est qu’elles veulent pouvoir s’habiller comme elles veulent, sans craindre pour leur intégrité, leur corps, sans avoir peur de gestes, d’attitudes ou de comportements déplacés. Et de pouvoir parallèlement s’habiller de manière à tenter, à provoquer volontairement et consciemment, de tels agissements chez les hommes. Et là, bien que je ne leur souhaite aucun mal, j’avoue que j’ai beaucoup moins d’empathie pour ce genre de femmes, parce que d’un côté elles revendiquent en tant que femmes le droit de porter les tenues qu’elles veulent sans passer pour autant pour des aguicheuses, et en parallèle,  elles s’arrogent le droit de se comporter comme des « salopes allumeuses », mais sans que cela ne vienne changer pour autant les attitudes du côté de leur(s) interlocuteur(s). Car bien entendu, elles seront les premières à jouer les effarouchées et à dénoncer de tels comportements (qu’elles auront elles-mêmes provoqués), au nom du féminisme ou de ne je ne sais quelle idéologie. C’est bien beau de dire que c’est toujours de la faute des hommes, mais même si ces femmes ne représentent qu’une infime minorité, la tendance semble se développer. Et c’est inquiétant.

Là encore, entendons-nous bien mesdames : je ne fais pas une généralité en mettant toutes les femmes dans le même panier, ni en disant que vous êtes toutes des allumeuses et que vous ne savez pas ce que vous voulez. Vous habiller comme vous le souhaiter est un droit indéniable, mais faites-le pour de bonnes raisons, en toute connaissance de cause. Et si vous revendiquez le droit à choisir les mauvaises raisons, alors soyez responsables. Être responsable, c’est répondre de ses actes, en assumer les conséquences. Celui qui accepte sa nature de cabri doit assumer la responsabilité de son odeur. Vous aimez prendre des risques ? C’est votre droit le plus strict, mais sachez que le risque s’assume mieux quand on en connaît et qu’on en accepte les conséquences. Parce qu’à prôner la liberté à excès, vous tombez dans l’excès inverse.


Une réflexion sur “De la liberté de provoquer

  1. Je suis une femme et je partage le même avis… Pour revenir un peu sur le sujet du premier paragraphe, je comprends aussi totalement que beaucoup de femmes aimeraient pouvoir s’habiller comme elles le souhaitent sans avoir à craindre le comportement abject et pervers de certains hommes mais je trouve cette idée un peu utopique. Quand on met un décolleté, on ne peut pas s’attendre à ce que tous les hommes détournent le regard par politesse, car comme vous l’avez dit, beaucoup d’hommes estiment qu’ils ont le droit d’en profiter et personne n’a le droit de forcer quelqu’un a regarder ailleurs. Quelque part ça serait bien que ces femmes assument leur décolleté, même si leur intention était simplement de se faire plaisir à elle-même.
    D’ailleurs ce sujet me fait beaucoup penser aux maisons avec les brises-vue ou volets. Si je marche tard dans la nuit dans une rue non éclairée et que je passe devant une maison bien éclairée où je peux voir la magnifique décoration à l’intérieur et un magnifique mobilier, ça risque de ne pas plaire aux propriétaires des lieux que je m’attarde pour regarder mais ils ne peuvent pas me le reprocher : si vraiment ça leur déplaît, ils ne devraient pas prendre le risque qu’on regarde chez eux mais ils devraient anticiper en mettant des brises-vue ou en fermant les volets. Oui c’est un peu déplacé de ma part de regarder avec insistance, mais c’est un risque qu’ils ont choisi de prendre. Personne ne devrait partir du principe que je suis bien élevée et que je vais détourner le regard et continuer ma route. Et bien j’ai l’impression que pour les femmes et leurs décolletés/mini-jupes c’est la même chose. Elles ne devraient pas partir du principe que tous les hommes sont bien élevés et auront la présence d’esprit de détourner le regard. C’est un peu un sujet sans solution je trouve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s