Sexe, bière & rock

Amandine

Amandine est une jolie trentenaire, bien dans sa peau, dans sa tête et dans ses baskets. Et si elle cache d’horribles et profondes blessures, celles-ci l’ont rendu plus forte. C’est une femme de caractère, franche et directe. Quand elle a quelque chose à dire, elle ne s’encombre pas de chichis ou de formules de politesse : les choses sont dites, clairement, de manière simple, précise et concise, sans faire dans la guimauve. Pour certains, ça peut être déstabilisant ; pour ma part, ça m’a plu tout de suite. Après tous ces mensonges et ces désillusions, c’est ce dont j’ai besoin.

Je n’ai pas été étonné lorsqu’elle m’a dit, droit dans les yeux : « J’ai de la bière au frais, on va chez moi ? On y sera toujours mieux que dans un bar rock, surtout pour baiser ! ». À peine dans son appartement, elle me plaque contre la porte, pose une main sur mon visage et m’embrasse avec fougue. Son autre main caresse mon torse et descend lentement vers mon entrejambe. Il ne lui faut pas longtemps pour défaire ma ceinture, elle ouvre mon pantalon et glisse sa main sur le tissu mon boxer. Sa caresse est ferme, efficace, mon sexe durcit rapidement. Elle me regarde fixement quelques secondes, avec une petite lueur perverse dans les yeux. « J’ai très envie que tu me baises sauvagement, debout contre le mur. Mais avant ça, je vais m’occuper de toi, et de ta queue. »

Je sens mon pantalon tomber à mes chevilles, suivi de mon boxer. Amandine est à genoux devant moi, sa main caresse frénétiquement mon sexe tendu. De sa langue agile, elle vient lécher ma verge de la base jusqu’au frein, avant de titiller mon gland. Elle entrouvre la bouche et avale l’objet de son envie, lentement, profondément, jusqu’à la garde. Miam miam, une gourmande ! Cette petite coquine me suce avec application et maîtrise son sujet sur le bout des doigts. Ou plutôt de la langue, avec une expertise jamais éprouvée jusqu’à présent.

Elle se relève et m’embrasse avec fougue. En un instant, nous nous retrouvons nus. Du bout des doigts, j’effleure sa peau, ses seins, son dos, ses fesses. Je glisse ma main entre ses cuisses : son sexe pleure de désir et d’envie. À cette caresse, je sens les ongles d’Amandine me griffer les épaules. Elle relève une jambe et la pose sur un petit meuble près de la porte. Ses lèvres s’écartent et mes doigts s’enfoncent en elle. Un, deux, trois… Je la fouille et l’explore, profondément, énergiquement. « Putain, c’est trop bon, continue ! », gémit-elle. Elle se dandine et remue son bassin en gémissant, m’inondant un peu plus les doigts de son plaisir. Elle saisit mon poignet pour retirer ma main. Penchée en avant place face au mur, les jambes légèrement  écartées, elle m’offre une vue imprenable sur sa magnifique croupe. Elle tourne alors la tête vers moi : « J’en peux plus… Baises moi ! »

Le reste de la soirée n’est qu’une orgie de sexe torride et orgasmique. Nous nous octroyons quelques pauses pour reprendre des forces, entre bière et musique rock, avant de manger à nouveau le fruit jusqu’au défendu. On se quitte au matin, sans promesse de lendemain, sans plans sur court ou moyen terme. Les choses sont claires, dès le départ, sans équivoque, et il n’y a pas de changement en cours de route. Ni tentative de séduction pour amadouer l’autre et le manipuler à sa guise, ni emballement quelconque. On est là pour passer de bons moments, avec ou sans sexe, mais rien d’autre. Et ça tombe plutôt bien : vu ce que je viens de traverser, je n’ai envie de rien d’autre…


Une réflexion sur “Sexe, bière & rock

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s